Le système COMEX

Le masque et le casque fabriqués par COMEX à Marseille fonctionnent avec le système de Rouquayrol et Denayrouze : un masque groin ou un casque, avec détendeur (régulateur) et une source d’air à la surface (pompe).

Le Poumondeau de Georges Herail de Blagnac

Vers 1955, le français Georges Herail de Blagnac construit son ‘Poumondeau’.

Cet appareil était une copie directe de l’appareil de Georges Commeinhes de 1942 mais il était plus petit et se portait sur la poitrine et non pas sur le dos comme l’Amphibie de Commeinhes.

Le Scaphandre Autonome Cousteau-Gagnan

En 1945, les français Emil Gagnan et Jacques Cousteau développent leur « Scaphandre Autonome Cousteau-Gagnan » qui sera vendu par leur entreprise « La Spirotechnique ».

L’appareil amphibie de Georges Commeinhes

En 1942, le français Georges Commeinhes construit un « appareil respiratoire amphibie ».

Son père, René Commeinhes, était constructeur d’appareils respiratoires pour l’armée français et pour les sapeurs-pompiers. Georges a l’idée d’adapter ces systèmes pour la plongée et après plusieurs essais il arrive à un appareil efficace qui sera fabriqué en grandes quantités pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le scaphandre autonome d’Yves Le Prieur

En 1926, le français Yves Le Prieur plonge avec son « scaphandre autonome ». Le système est simple et utilise une bouteille à air comprimé comme celles utilisées par Michelin pour gonfler les pneus des voitures.

Le scaphandre Rouquayrol-Denayrouze avec casque à 3 boulons

Cette version du scaphandre Rouquayrol-Denayrouze est presque identique au Cabirol : sans régulateur mais avec un casque ventilé.

La seule différence est qu’ici le réservoir (identique à celui du régulateur mais sans chambre à air et soupape) est placé entre la pompe et le tuyau partant vers le casque. Ce réservoir amorti les « coups » de la pompe et évite la condensation de l’air.

1867 : évolution du régulateur Rouquayrol-Denayrouze

En 1867, Rouquayrol-Denayrouze fait évoluer le concept du régulateur en ajoutant au masque « groin » une « pélerine ».

En effet, la première version du masque n’était pas très confortable, et la pélerine offre l’avantage de faire porter le poids non plus seulement par la tête mais aussi par les épaules du scaphandrier. Ici aussi le scaphandrier a un embout dans la bouche pour aspirer l’air du régulateur.

Le régulateur de Benoît Rouquayrol

En 1862 Benoit Rouquayrol fait ses premiers essais sous l’eau avec son appareil respirateur appelé le ‘régulateur’.

Le régulateur fonctionne avec un apport d’air depuis la surface grâce à une pompe branchée par un tuyau sur le « réservoir » du régulateur. Dans ce réservoir, l’air est à une pression d’environ 1 atmosphère de plus que l’air ambiant.

Le scaphandre à casque de Joseph Martin Cabirol

En 1855 le francais Joseph Martin Cabirol conçoit son premier scaphandre à casque.

Cet equipement était pour 90% un copie du scaphandre construit par Augustus Siebe, un allemand qui avait émigré en 1819 en Angleterre.

Siebe a conçu son premier scaphandre à casque de Siebe en 1839 à Londres. Il comptait 12 boulons. Cabirol a copié un casque réalisé par Siebe en 1844.

Les scaphandres pieds-lourds

Sur le site « Scaphandrier Pieds-Lourds » vous trouverez une mine d’information collectée par M. Gilbert Jean, avec de nombreuses photos du très aimable David L. Dekker, collectionneur et passionné qui a bien voulu partager avec nous quelques uns de ses clichés. Les voici donc, avec nos chaleureux remerciements : « les differences entre un DM20 et un [...]